Biodiversité

Link(s)

La diversité biologique, ou biodiversité, englobe la variété des espèces et des écosystèmes ainsi que les variations génétiques qu’elles soient naturelles ou créées par les activités humaines au cours des siècles.

La croissance continue de la population mondiale, la forte consommation de ressources par habitant, la poursuite de la croissance économique ainsi que le commerce mondial désinhibé exercent une pression considérable sur notre environnement naturel et donc sur la biodiversité. L’intensification de l’agriculture (forte utilisation d’engrais, utilisation de pesticides, monocultures, etc…) au cours des dernières décennies a eu un impact majeur sur le développement des habitats de pleine terre, mais aussi des habitats liés à l’eau. De plus, la nature doit de plus en plus céder la place à de nouvelles implantations et à la construction de routes. En outre, on peut supposer que la crise climatique exercera une pression supplémentaire sur les habitats et les espèces dans les années et décennies à venir.

Les effets mondiaux sont dramatiques : « La nature décline à l’échelle mondiale à un rythme sans précédent dans l’histoire de l’humanité – et le taux d’extinction des espèces s’accélère, provoquant de graves effets sur les populations humaines dans le monde entier » est l’une des principales déclarations alarmantes du rapport de la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) qui a été publié le 6 mai 2019. L’humanité est confrontée à une incroyable perte de diversité des êtres vivants (1 million d’espèces animales et végétales sont en danger) et détruit les écosystèmes dont elle dépend elle-même.

La situation au Luxembourg est également alarmante

Tous les 6 ans, le Luxembourg doit soumettre à la Commission européenne un rapport sur l’état des habitats et des espèces d’intérêt européen (dit « reporting »). Le rapport 2019 analysé et commenté par l’Observatoire de l’Environnement Naturel est inquiétant. Il montre que 2/3 de nos habitats sont dans un état défavorable (18%) à mauvais (50%). Pour les espèces individuelles d’importance européenne la situation est encore plus alarmante : 80 % de ces espèces protégées sont dans un état de conservation défavorable.

La situation est particulièrement problématique pour les habitats du paysage ouvert (prairies, pâturages, champs et zones humides) et les habitats aquatiques (eaux dormantes, sources, ainsi que ruisseaux et rivières). En particulier pour les personnes vivant en pleine campagne, l’état a continué à se détériorer de manière significative au cours des six dernières années. Toutefois, le rapport montre également quelques succès encourageants, qui peuvent être attribués à la protection cohérente des espèces et des habitats sur la base de critères écologiques.

Vous pouvez en savoir plus sur l’état des habitats et de la biodiversité au Luxembourg sur le site suivant: www.naturelo.meco.lu

News

Dans la rue Vauban à Pafendall, où l’Oekozenter a son siège, c’est maintenant...
Le réveil des gliridés ! Qui sont-ils ? Où vivent-ils ? Et comment et pourquoi nous devrions...
Wéi vill Schléifer goufe gemellt a wéi ass hir Verbreedung? Wärend de Gaardeschléifer, de...
Seit einigen Jahren arbeitet das Naturschutzsyndikat SICONA und das „natur musée“ gemeinsam...
Am 8. Dezember 2021 organisierte der Mouvement Ecologique und das Oekozenter Pafendall, mit der...
Mittwoch 8. Dezember 2021; 17:00 bis 18:30 Uhr; Online über Zoom mit Klaus Körber Sie fragen...
Comme chaque année, alors que les journées raccourcissent sensiblement, le hérisson prépare...